Comment entamer une reconversion professionnelle ?

Le temps où l’intégralité de notre vie active s’effectuait au sein d’une même entreprise est aujourd’hui révolu. En effet, de nos jours, il est courant de changer de cap professionnel en cours de route, les jeunes générations considérant davantage la mobilité professionnelle comme un atout plutôt qu’un désagrément, contrairement aux générations antérieures. Le fait de reprendre des études ou une formation, afin d’évoluer dans la hiérarchie de son entreprise, obtenir plus de responsabilités, améliorer son niveau de revenus, ou tout simplement se lancer dans une nouvelle aventure dans le but d’explorer de nouveaux horizons, est aujourd’hui rentré dans les mœurs et s’impose dans les usages.

Pour preuve, selon le Céreq, près d’un salarié sur trois souhaitait changer de métier en 2015. Depuis , beaucoup sont passés à l’acte, selon un récent rapport de France Compétences puisqu’un quart des actifs a entrepris une reconversion professionnelle entre 2016 et 2021. Découvrez comment entamer une reconversion professionnelle grâce à la formation et les questions auxquelles répondre pour y parvenir dans la suite de cet article. 

La formation et le niveau de qualification, la base d’une reconversion professionnelle réussie 

Entamer une reconversion professionnelle exige de respecter plusieurs étapes, de l’ébauche du projet à l’évaluation des compétences, jusqu’à entreprendre de suivre une formation reconversion, ou d’intégrer un centre de formation comme ceux qui sont proposés par Straformation. Le niveau de qualification est la clé de voute d’une reconversion professionnelle réussie, elle élargit l’éventail de possibilités et offrira davantage d’opportunités, de facilité et de choix dans l’ensemble du processus d’un tel projet de vie. Le manque de qualification professionnelle est la principale barrière entre les actifs et la concrétisation de leur projet. De nombreuses études le montrent, au premier plan desquelles celles effectuées par le Céreq (Centre d’études et de recherches sur les qualifications). Ces études tendent en effet à montrer que les actifs présentant un niveau de qualification le moins élevé sont ceux qui assez logiquement peinent le plus à concrétiser leur projet de reconversion et passent moins souvent à l’acte. Pourtant, c’est chez ces derniers que le désir de changer de métier s’exprime le plus vivement.

Les chiffres à ce sujet sont d’ailleurs assez éloquents, puisque Les non-qualifiés sont plus fréquemment mécontents de leur travail (31 %), contre seulement quinze pour cent des cadres, de même qu’ils se considèrent plus fréquemment que leur niveau de rémunération est très insuffisant par rapport à leur niveau de qualification (61 % chez les actifs non qualifiés contre 48 % chez les cadres). Ainsi, ces sources de mécontentement, qui ne sont pas les seules (on pourrait citer les conditions de travail, les horaires ou les perspectives d’évolutions dans leur branche actuelle), poussent davantage les actifs ayant peu ou pas de qualification à vouloir changer de métier. Ainsi, vous l’aurez compris, la clé de voute d’un changement de vie professionnelle repose avant tout sur les compétences et les qualifications dont chacun dispose, et cela concerne tous les profils, des employés de base au cadre supérieur, bien que, nous l’avons vu, à divers degrés.

Les étapes à suivre pour entamer une reconversion professionnelle

Choisir de changer de voie professionnelle exige de procéder étape par étape et de ne pas se précipiter, au contraire, il est bon de prendre le temps de bien concevoir son projet de conversion. Ainsi, dans un premier temps, si l’on est en poste au sein d’une entreprise lors de notre prise de décision, il est déconseillé de démissionner précipitamment. En effet, conserver votre salaire vous permettra de conserver une rémunération et vous offrira  aussi la possibilité d’affiner votre projet, de sorte à le rendre le plus viable possible. Surtout, il est possible d’obtenir un congé spécifique permettant de suivre une formation reconversion tout en conservant son travail, aussi, le mieux est de vous enquérir si vous y êtes éligible, ce qui vous offrira une transition en douceur entre votre emploi actuel et votre future activité professionnelle. Voyons maintenant  les autres étapes à respecter dans votre processus de décision et de reconversion professionnelle.

1 – Déterminer les raisons qui motivent votre décision de changer de voie professionnelle

Il est important de prendre le temps de lister les raisons qui vous motivent à vous engager dans un processus de reconversion professionnelle. L’objectif est de répondre aux questions suivantes, en gardant à l’esprit qu’il est primordial d’être le plus objectif et le plus précis possible :

  1. Quels sont vos motifs d’insatisfaction vis-à-vis de votre activité actuelle (salaires, horaires, missions et taches à effectuer, ambiance et environnement de travail, reconnaissance professionnelle,etc) ? 
  2. Quelles sont les raisons qui alimentent votre souhait de changer de carrière  (envie d’indépendance, vivre de votre passion, changement de cadre professionnel, etc.) ? 
  3. Votre décision est-elle le fruit d’une longue période de réflexion ou est-elle causée par une inflexion récente ?

Faire un bilan de compétences sera l’étape suivante et incontournable, qui vous sera d’un grand secours pour vous aider à choisir votre future voie si vous n’avez pas encore pris votre décision. De plus, il vous permettra d’établir la liste des compétences qu’il vous faudra acquérir pour pouvoir atteindre votre nouvel objectif de carrière, pour aller vous former si besoin dans un centre de formation professionnelle ou pour vous inscrire dans une formation à distance.  

Lors de l’établissement de votre bilan de compétences, vous aurez ainsi l’opportunité de prendre conscience de ces dernières. Il est en effet assez courant que l’on dispose de compétences insoupçonnées ou que l’on sous-valorise, le bilan de compétences vous permettra donc de prendre du recul et d’avoir un regard plus objectif sur vos atouts. Il vous permettra de surcroit de prendre ou de reprendre confiance en vous et en vos capacités et vous pourrez ensuite vous appuyer sur vos forces et acquis pour planifier la suite, définir concrètement les prochaines étapes de votre reconversion et réaliser in fine votre nouveau projet. 

À noter : Effectuer un bilan n’est pas gratuit, cela peut représenter un coût compris entre mille et trois mille euros. Cependant, il peut être financé en partie ou en totalité selon votre situation par différents organismes et dispositifs : Compte Personnel Formation, plan de développement des compétences, Conseil Départemental, Conseil régional, Union Européenne,Pôle Emploi…

3 – Se former

Une fois vos besoins en la matière définis, vous pourrez enfin entreprendre l’étape ultime qui vous mènera à votre future carrière : acquérir les compétences et les savoirs qui vous font encore défaut. Le lien qui figure en haut de cet article vous sera très utile pour trouver la formation qui vous correspond et la plus adaptée à votre situation personnelle. Ici aussi, le coût de la formation peut aussi être pris en charge pour tout ou partie par les organismes et dispositifs précédemment cités dans le paragraphe précédent. N’hésitez pas à vous rapprocher de du centre de formation qui vous intéresse pour des renseignements complémentaires, mais aussi pour recevoir un accompagnement dans la mise en place de votre nouveau cursus et la recherche de financements.

Articles similaires

Conseils

Conseils pour devenir ingenieur pedagogique

Si vous envisagez de devenir responsable de ressources humaines, vous pouvez suivre une formation engenierie pedagogique et obtenir un master Ingénierie pédagogique. La place de l’education dans le développement des

LIRE PLUS »
Patrick Durand
Patrick Durand

27 ans, intervenant en école de commerce à Paris